De Los Angeles à New York, en pescale au festival Santa Teresa, le groupe français aura ébloui les festivaliers, une année après leur venue au Québec pour les Francos. Un souvenir impérissable pour le fondateur de L’Impératrice, Charles de Boisseguin.

« On Francos 2018, en ouverture de <Feu! Chatterton. « Bon, on a joué tard et c’était dans le cadre du festival. Les gens avaient tous un peu picolé et avaient envie de faire la fête. Mais on s’est dit qu’on allait faire un truc vraiment fat et dansant ». Un pari réussi pour les Français qui s’efforcent à toujours s’adapter aux lieux qu’ils visitent. « Pour Santa Teresa, on a retravaillé la setlist et sur toute la tournée on n’a pas fait le même show chaque soir. Il y a des contraintes de temps, donc il faut réussir à attraper l’attention des gens sur 45 minutes par exemple… ce qui est très dur quand ils ne nous connaissent pas encore bien ».

Lire la suite sur Sors-tu.ca