DJom Comyn, SDiamondtown, <Designosaur, <Saxsyndrum, et notLaura Carbone. Cette musicienne et chanteuse berlinoise fut le joyau de la soirée. Le vent dans les voiles, elle complétait l’avant-dernière date de sa tournée, amorcée depuis le 12 septembre à Los Angeles. Nous avons eu la chance d’échanger quelques mots avec elle!

<Laura Carbone offre une pop/rock atmosphérique, arborant de sombres dentelles. Elle présente des compositions souvent en mode mineur, des ballades affligées de tourments, un peu comme un chapelet de diamants noirs qu’elle égraine lentement pour faire durer le plaisir. Elle qualifie ses sonorités comme du «noisy dreamadelica», c’est-à-dire un son assez brut, mais rêveur et mélancolique. L’artiste a établi sa réputation live lors de ses tournées précédentes, avec le groupe de shoegaze anglais The Jesus & Mary Chain et le groupe new-yorkais The Pains Of Being Pure At Heart. Comparée à Chelsea Wolfe, Karen O, PJ Harvey et compagnie, son image est raffinée et sobre. Son logo ressemble d’ailleurs à celui du magazine Vogue, affirmant son élégance.

Lire la suite sur Sors-tu.ca